émergence

Définition :

On parle d’émergence (au sens technique) lorsque des systèmes quels qu’ils soient (physiques, sociaux …), font apparaître, par leur interaction, un autre niveau de complexité, formant alors un autre système. Le système est dit complexe par opposition aux systèmes qui le composent, ceux-là sont dit simples. Le système complexe peut être considéré comme un tout, une totalité, par opposition à ses composants, ses « parties ».

On peut affirmer qu’il existe un tel système dans la mesure où

-          le système présente de nouvelles propriétés qu’on ne peut pas comprendre si l’on étudie seulement les systèmes simples qui le composent.

-          Le système peut avoir une influence causale sur les systèmes qui le compose.

 

Le concept d’émergence peut être mobilisé pour décrire :


-          l’apparition de la vie : comment est née la première cellule ? On tentera de décrire la manière dont des systèmes chimiques ont pu s’organiser en un système organique, vivant. Le système vivant à des aptitudes propres (nutrition, reproduction), que n’ont pas les molécules qui le composent, et peut agir sur ces mêmes molécules.

-          l’apparition de la conscience : comment un être vivant peut-il devenir conscient ? On tentera de décrire comment le système nerveux d’un animal peut rendre celui-ci conscient. Des systèmes de neurones peuvent s’organiser d’une manière telle que le cerveau et/ou l’animal devienne conscient. L’animal a alors des capacités que n’ont pas ses neurones (il perçoit son environnement et se rend compte qu’il perçoit), et réciproquement, la conscience modifie la configuration neuronale (par exemple : l’imagination du sujet peut émouvoir celui-ci, donc stimuler des zones cérébrales consacrées aux émotions).

-          l’apparition de la culture : comment sont nées les cultures humaines ? Il faut comprendre comment un simple groupe de primates humains a pu constituer une société, partageant une culture. La société présente une structure, avec des statuts complémentaires (éducateurs / élèves ; chef / sujets ; mari/femme), et cette structure a bien dû émerger à partir d’un groupe non structuré. La culture est l’émanation de cette structure : ce qu’une partie de la société (les éducateurs) transmet à une autre (les élèves).

 

 

Débats :

Tous les penseurs ne sont pas d’accord pour renoncer à expliquer un phénomène de système à partir de ses parties : on appelle ces derniers réductionnistes (veulent réduire les systèmes à leurs composants).

Le physicalisme est la philosophie qui soutient qu’il n’existe rien d’autre que des systèmes physiques, eux-mêmes réductibles à leurs composants. Toute réalité, vivante, consciente, sociale, pourrait un jour être comprise à partir de leurs composants physiques.

A défaut de terme plus spécifiques, on appelle naturalisme la philosophie qui soutient que la conscience et culture se réduise à des phénomènes organiques. La biologie pourrait un jour les comprendre.

En sciences sociales, l’individualisme méthodologique soutient que les phénomènes sociaux se réduisent en fait à des interactions entre individus. A l’inverse, l’holisme soutient qu’une telle réduction est impossible : un fait social est plus qu’un simple phénomène d’interaction, puisqu’il structure celles-ci.

 

×