Locke - l'identité de l'homme ( §20)

L’identité du même homme [consiste] en cela seul qu’il jouit de la même vie, continuée par des particules de matière qui sont dans un flux perpétuel, mais qui dans cette succession sont vitalement unies au même corps organisé. Quiconque attachera l’Identité de l’homme à quelque autre chose qu’à ce qui constitue celle des autres animaux, je veux dire à un corps bien organisé dans un certain instant, et qui dès lors continue dans cette organisation vitale par une succession de diverses particules de matière qui lui sont unies, aura de la peine à faire qu’un embryon, un homme âgé, un fou et un sage soient le même homme  (…)

Qui de nous verrait d’une part une créature faite et formée comme soi-même, quoi qu’elle n’eût jamais fait paraître de raison, et d’autre part un chat ou un perroquet discourir raisonnablement et en philosophe, il n’appellerait ce dernier que perroquet, et qu’il dirait du premier de ces animaux que c’est un homme grossier, lourd et destitué de raison, et du dernier que c’est un perroquet plein d’esprit et de bon sens. (…) Ce qui constitue l’idée d’un homme, dans l’esprit de la plupart des gens, n’est pas seulement l’idée d’un être pensant et raisonnable, mais aussi celle d’un corps formé de telle et de telle manière qui est joint à cet être. Or si c’est là l’idée d’un homme, le même corps formé de partie successives qui ne se dissipent pas toutes à la fois, doit concourir aussi bien qu’un même esprit immatériel à faire le même homme.

 

                                                                                                        John Locke, Essai sur l'entendement humain II 27 § 20   (1689)

An animal is a living organized body ; and consequently the same animal, as we have observed, is the same continued life communicated to different particles of matter, as they happen successively to be united to that organized living body. And whatever is talked of other definitions, ingenious observation puts it past doubt, that the idea in our minds, of which the sound man in our mouths is the sign, is nothing else but of an animal of such a certain form. Since I think I may be confident, that, whoever should see a creature of his own shape or make, though it had no more reason all its life than a cat or a parrot, would call him still a man ; or whoever should hear a cat or a parrot discourse, reason, and philosophize, would call or think it nothing but a cat or a parrot ; and say, the one was a dull irrational man, and the other a very intelligent rational parrot.

×