Montaigne - le divertissement

« ceux qui accusent les hommes d’aller toujours béants après les choses futures, et nous apprennent à nous saisir des biens présents, et nous rasseoir en ceux-là, comme n’ayant aucune prise sur ce qui est avenir, voire assez moins que nous n’avons sur ce qui est passé, touchent la plus commune des humaines erreurs (…). Nous ne sommes jamais chez nous, nous sommes toujours au-delà nous sommes toujours au-delà. La crainte, le désir, l’espérance nous élancent vers l’avenir et nous dérobent le sentiment et la considération de ce qui est, pour amuser à ce qui sera, voire quand nous ne seront plus. »

                                                                                                                                                                   Montaigne, Essais, I, 3

×