Baxandall - la perception est aussi une interprétation

« Le cerveau doit interpréter l’information brute sur la lumière et la couleur qu’il reçoit des cônes, et cela à l’aide de capacités innées ou acquises par l’expérience. Il tire des éléments pertinents de son capital de modèles, catégories, habitudes de déduction et d’analogie – « rond », « gris », « lisse », « galet », par exemple – qui dotent le donné oculaire fantasmatiquement complexe d’une structure, donc d’une signification. Cela au prix d’une certaine simplification et d’une certaine distorsion : la relative précision de la catégorie « rond » recouvre une réalité beaucoup plus complexe. Mais du fait que chacun de nous a connu une histoire particulière, les savoirs et les capacités interprétatives diffèrent d’un individu à l’autre. Chacun traduit en fait le donné transmis par l’œil avec un équipement différent. Dans la pratique courante, les différences d’un individu à l’autre sont légères car nous avons en commun l’essentiel de nos expériences : nous savons tous reconnaître notre propre espèce et ses membres, estimer la distance et la hauteur, anticiper et apprécier le mouvement, et bien d’autres choses encore. Pourtant, en certaines circonstances, les différences d’ordinaire marginales entre les individus peuvent prendre une curieuse importance ».

                                                                                                                                                       Michael Baxandall, L’œil du Quattrocento