Un "Etat fort" pour le FN

L'Etat, l'Etat, toujours et encore l'Etat. «Totalement désarmée par trente d’ans d’inaction et de reculades face à la mondialisation, la France doit revenir dans le jeu des Nations, dit le programme du FN. C’est naturellement l’Etat qui sera le fer de lance de ce réarmement de la France : un Etat fort capable d’imposer son autorité aux puissances d’argent, aux communautarismes et aux féodalités locales.»

Un Etat seul, coupé de l'Union européenne

L'«Etat fort» prôné par le FN doit réindustrialiser le pays, stimuler la recherche, lutter contre la spéculation financière. Mais c'est surtout un Etat seul, coupé de l'Union européenne et en guerre contre ses collectivités locales, présentées comme autant de «féodalités» à remettre au pas. Régions et départements ne pourraient plus prétendre agir au nom de l'intérêt général (suppression de la clause générale de compétences) et verraient leurs dotations réduites, une proposition ubuesque alors même que l'Etat ne compense déjà pas les dizaines de millions d'euros qu'il leur doit au titre de l'aide sociale à l'enfance, aux personnes âgées, aux handicapés et à l'insertion (RSA).

Le FN souhaite arrêter la RGPP et la règle «aveugle» du non-remplacement d'un fonctionnaire partant à la retraite sur deux, mais ne s'engage pas à arrêter la réduction du nombre de fonctionnaires, affirmant juste son intention de «sanctuariser» les effectifs de la police et de l'armée. Pour réduire les dépenses publiques, le FN prône des économies dans les ministères... et la généralisation d'Internet.

Une «rationalisation des services publics marchands» sans chiffrage

Sans en préciser ni les modalités, ni le coût estimé, ni les financements correspondants, le FN évoque une «modernisation et rationalisation des services publics marchands» (cela vise donc sans le dire la SNCF, la RATP, etc.), la «garantie de la continuité territoriale» des services publics, la «remunicipalisation» de l'eau – un processus que des mairies ont déjà amorcé.

«Recruter des hauts fonctionnaires patriotes»

Mais une fois de plus, le diable se niche dans les détails. En l'occurrence, dans deux petites phrases. «Dans le cycle de formation des fonctionnaires des trois fonctions publiques, l’accent sera porté sur le sens de l’Etat et le patriotisme.» Et : «L’Ecole Nationale d’Administration (ENA) veillera en particulier à recruter des hauts fonctionnaires patriotes.»

L'Etat fort de Marine Le Pen passera donc aussi par un lavage de cerveau nationaliste.

 

×